Direction régionale des affaires culturelles Champagne-Ardenne
Ministère de la Culture et de la Communication

Accueil > Les autres cités-jardins rémoises > Les cités-jardins rémoises réalisées par le Foyer Rémois

Les autres cités-jardins rémoises

Les cités-jardins rémoises réalisées par le Foyer Rémois

En dehors de la cité du Chemin Vert, la ville de Reims possède une douzaine d’autres cités-jardins réalisées entre les deux guerres. Le Foyer Rémois en a créé huit pour son propre compte, pour le Crédit Immobilier ou pour l’armée.

La cité des Trois-Fontaines

La plus importante après le Chemin Vert, est la cité des Trois-Fontaines ou Charles Arnould. Au départ, elle est située à cheval sur les deux communes de Reims et de Saint-Brice-Courcelles. Œuvre de l’architecte rémois Jean de la Morinerie elle se présente, pour la première tranche de 220 logements, sous la forme de maisons en bande ou jumelles de style breton ou normand, de commerces au rez-de-chaussée des maisons du boulevard Charles Arnould, d’un petit centre commercial.

Ce premier permis de construire est daté du 1er mars 1924. Une maison commune, qui ne fonctionnera que jusqu’au début des années cinquante, abrite depuis la Maison des Compagnons du Tour de France.

Dès 1935 la cité est entièrement rattachée à la commune de Reims pour des questions fiscales et de raccordement à l’égout. A l’époque l’électricité étant produite par deux compagnies privées selon le territoire de la commune, la séparation reste encore visible par la différence des poteaux électriques métalliques ou en béton. Cette cité a été ensuite revendue à ses occupants par le Foyer Rémois, ce qui a entraîné une perte d’unité par la modification des clôtures ou même des couvertures dans certains cas. Les maisons restées « dans leur jus » sont aujourd’hui extrêmement rares.

Ultérieurement d’autres constructions dans des styles plus simples sont venues compléter la cité-jardin, avec notamment une dernière tranche destinée à reloger les sinistrés du quartier du Maroc détruit dans les bombardements de la fin de la Deuxième Guerre mondiale.

Plan de situation de la cité-jardin des Trois-Fontaines à Reims - 1924

Plan de situation de la cité-jardin des Trois-Fontaines à Reims - 1924

© Foyer Rémois

Logement type 7. Cité-jardin des Trois-Fontaines à Reims

Logement type 7. Cité-jardin des Trois-Fontaines à Reims

© Collection O. Rigaud

 

Rue Léonard de Vinci. Logement type 3. Cité-jardin des Trois-Fontaines à Reims

Rue Léonard de Vinci. Logement type 3. Cité-jardin des Trois-Fontaines à Reims

© Collection O. Rigaud

Rue Léonard de Vinci. Cité-jardin des Trois-Fontaines à Reims, en 2005

Rue Léonard de Vinci. Cité-jardin des Trois-Fontaines à Reims, en 2005

© Photo O. Rigaud

Rue Nicolas Poussin Cité-jardin des Trois-Fontaines à Reims, en 2005

Rue Nicolas Poussin Cité-jardin des Trois-Fontaines à Reims, en 2005

© Photo O. Rigaud

Rue Raphaël. Cité-jardin des Trois-Fontaines à Reims, en 2005

Rue Raphaël. Cité-jardin des Trois-Fontaines à Reims, en 2005

© Photo O. Rigaud

Document d'archive. Le centre commercial de la cité-jardin des Trois-Fontaines, à Reims

Document d'archive. Le centre commercial de la cité-jardin des Trois-Fontaines, à Reims

© Collection O. Rigaud

Le centre commercial de la cité-jardin des Trois-Fontaines, à Reims

Le centre commercial de la cité-jardin des Trois-Fontaines, à Reims

© Photo O. Rigaud

La cité de la Charonnière ou Saint Léonard

La cité de la Charonnière ou Saint Léonard, au sud de la ville, à l’arrière de la verrerie Charbonneaux, comprend 44 logements sous forme de maisons en bande, dessinées par l’architecte Robert Jactat.

La cité-jardin Saint Léonard dans les années 1920, à proximité du parc Pommery à Reims

La cité-jardin Saint Léonard dans les années 1920, à proximité du parc Pommery à Reims

© Foyer Rémois

La cité-jardin Saint Léonard à Reims, à la fin du XXe siècle

La cité-jardin Saint Léonard à Reims, à la fin du XXe siècle

© Photo O. Rigaud

La cité de l'Atteignant

La cité de l’Atteignant, dans le faubourg Alsace-Lorraine, offre 81 logements réalisés à l’occasion de cinq permis de construire successifs, entre 1923 et 1930, par l’architecte Maurice Brissart de Creil. Les maisons y sont vendues de 23 000 à 36 000 francs.

Cité-jardin de l'Atteignant à Reims. Plaquette de 1934

Cité-jardin de l'Atteignant à Reims. Plaquette de 1934

© Foyer Rémois

Cité-jardin de l'Atteignant à Reims. 1981

Cité-jardin de l'Atteignant à Reims. 1981

© O. Rigaud

La cité Mulhouse

La cité Mulhouse, dans le faubourg sud-ouest de la ville, comprend 78 logements, édifiés pour le Crédit Immobilier et donc destinés à l’accession à la propriété.

Les maisons sont un peu plus luxueuses que celles des autres cités et certaines comprennent, dès l’origine, un garage pour une automobile. L’architecte en est le Rémois Edmond Herbé, les pavillons doubles ou simples sont en style basque, comme l’autre cité réalisée par le même maître d’œuvre pour l’Office Public d’Habitations à Bon Marché de Reims dans le quartier Maison-Blanche. L’architecte passait ses vacances d’été à Biarritz. Les maisons y sont vendues de 25 000 à 40 000 francs.

Chantier de la cité-jardin Mulhouse, à Reims

Chantier de la cité-jardin Mulhouse, à Reims

© Collection O. Rigaud

Plan, non exécuté, coupe longitudinale, cité-jardin Mulhouse à Reims

Plan, non exécuté, coupe longitudinale, cité-jardin Mulhouse à Reims

© Foyer Rémois

Carte postale de la cité-jardin Mulhouse à Reims - Années 1930

Carte postale de la cité-jardin Mulhouse à Reims - Années 1930

© Collection O. Rigaud

Maison de style « Basque » de la cité-jardin Mulhouse, à Reims, en 2009

Maison de style « Basque » de la cité-jardin Mulhouse, à Reims, en 2009

© Collection O. Rigaud

La cité Brimontel

La cité Brimontel, dans le faubourg de Laon, à proximité de la voie ferrée, est l’œuvre de Charles Letrosne, par ailleurs architecte du Temple de l’église réformée boulevard Lundy, elle se compose de 30 grosses maisons jumelles disposées au dessus d’un garage et d’une buanderie et comprend 67 logements destinés à la vente dès l’origine. Les maisons y sont vendues de 26 000 à 40 000 francs.

La cité-jardin Brimontel à Reims par l'architecte Charles Letrosne

La cité-jardin Brimontel à Reims par l'architecte Charles Letrosne

© Photo O. Rigaud

La cité du Parc d'Artillerie

La cité du Parc d’Artillerie, mitoyenne de la cité Brimontel, comporte 60 logements réalisés par l’architecte Abel Robert pour le Foyer Rémois, destinés à loger le personnel militaire des casernes voisines.

Carte postale du chantier de la cité-jardin du Parc d'Artillerie – Années 1930

Carte postale du chantier de la cité-jardin du Parc d'Artillerie – Années 1930

© Foyer Rémois

La cité du Chalet

La cité du Chalet du même Abel Robert, au nord-est de Reims, à la limite de la commune de Bétheny, possède 26 logements sous forme de maisons doubles. Au total, 83 maisons seulement seront vendues avant la loi Loucheur en 1928, et 189 de plus de 1928 à 1930.

Rue de la cité-jardin du Chalet, à Reims

Rue de la cité-jardin du Chalet, à Reims

© Photo O. Rigaud

Plan du site - Accessibilité - Mentions légales - Bibliographie - Lexique - Liens - Contacts
Association « Les Amis de Saint-Nicaise du Chemin Vert » - culture.fr - france.fr
gouvernement.fr - service-public.fr - legrifrance.gouv.fr